Projet Charming : réalités virtuelle et augmentée au service de la chimie

- Short news
Innovation - Social responsibility
Porté par 15 jeunes chercheurs titulaires d’un Master, le projet Charming vise à utiliser les technologies immersives pour favoriser la formation en chimie et en génie chimique. Soutenu par le programme européen Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation, plusieurs partenaires universitaires et industriels de 6 pays européens sont associés au projet, dont Arkema.

Des formations plus motivantes et plus interactives

Le projet Charming a pour objectif de démontrer les bénéfices des technologies immersives de la réalité virtuelle (environnement 3D généré par un ordinateur) et de la réalité augmentée (enrichissement de situations réelles avec des éléments virtuels) pour rendre plus interactives et efficaces les formations en chimie et en génie chimique. Il s’adresse à différents publics étudiants et professionnels :

  • Les élèves de 8 à 14 ans et les étudiants du secondaire et à l’université, pour mieux comprendre les concepts de la chimie
  • Les salariés de sites industriels souhaitant développer leurs compétences

Un outil très efficace en matière de sécurité industrielle

Appliquées aux opérateurs en usine et aux techniciens de laboratoire, la réalité virtuelle et la réalité augmentée peuvent être très utiles pour leur formation, comme l’explique Jean-Luc Dubois, Directeur Scientifique Arkema : « les jeunes chercheurs du projet Charming veulent démontrer que ces nouvelles techniques d’immersion apportent un plus par rapport aux méthodes d’enseignement et de formation traditionnelles. Des tests seront menés sur les différentes populations pour évaluer la performance de ces outils ».

Arkema a orienté ce travail, sur le thème de la sécurité. Ces technologies immersives présentent l’avantage de pouvoir simuler des scenarios impossibles à réaliser réellement : « les gens peuvent être immergés sans risque dans un accident industriel pour étudier comment ils vont répondre et voir ce qu’ils retiennent de l’expérience. Si l’essai est concluant, on peut imaginer retrouver ce type d’outil dans nos systèmes de formation dans le cadre de l’usine 4.0. », précise Jean-Luc Dubois.

 

Arkema a reçu des membres du projet Charming qui ont visité les laboratoires et installations du site de Pierre-Bénite afin d'identifier comment les technologies immersives peuvent aider l'industrie chimique en général.

Contact